UNITED NATIONS. Bienvenue Jean Maurice Ripert

 

BIENVENUE JEAN MAURICE RIPERT

15 November 2007

Jean Maurice RIPERT vient de reprendre la direction des affaires onusiennes à la tête de la mission permanente de la France aux Nations Unies, mais cette fois au siège à New York. Le nouvel ambassadeur est très connu dans le système onusien puisqu'il a toujours travaillé sur les dossiers multilatéraux; c'est dire qu'il les connaît et les maîtrise bien. Ayant commencé sa carrière dans la division des Organisations Internationales au Quai d'Orsay, il finit par la diriger entre 2003 et 2007. Auparavant, et en sa qualité de conseiller diplomatique du Premier ministère, il assumait la gestion des dossiers de coopération multilatérale, et notamment les visites du Secrétaire Général des Nations Unies à Paris; après avoir dirigé l'ambassade de la France à Athènes, il atterrit à Genève en tant que représentant de la France auprès de l'Office des Nations Unies à Genève où on a apprécié son professionnalisme, sa discrétion, et sa constante disponibilité .

Le nom n'est pas inconnu dans le système onusien, puisque son père, feu et très respecté Jean RIPERT, était aux Nations Unies le Directeur Général de la coopération économique et du développement; pendant les mandats du Secrétaire Général Javier Pérez de CUELLAR, il avait assumé la charge du responsable de la politique du développement de tout le système, en lui imprimant une éthique solidaire, et une démarche de coopération responsable et généreuse envers les pays en développement .

On peut affirmer, sans risque de nous tromper, que le fils tient du père les gènes de l'humanisme, de l'engagement volontariste, et de la fidélité aux valeurs universelles de la Charte. Le choix est donc judicieux, puisqu'il consacre la règle de "l'homme qu'il faut à la place qu'il faut".

A l'occasion du déjeuner du Fonds Dag Hammarskjöld pour le soutien des jeunes journalistes (le 25/10/07 à N/Y), les participants, parmi lesquels le Secrétaire Général Ban Ki-moon, plusieurs ambassadeurs et personnalités dont l'acteur ambassadeur Roger Moore ainsi que les lauréats, ont pu apprécier et déguster les produits traditionnels français, gracieusement offerts à la Fondation par la mission à New York .

En plus des dossiers complexes et difficiles qu'offre l'actualité internationale au début de ce 21e siècle, il ne fait pas de doute que le nouvel Ambassadeur s'emploiera aussi à relever le défi de la diversité culturelle et linguistique dans les organisations internationales; le français étant une langue de travail de l'Organisation, il faudra certainement le rétablir dans ses titres de noblesse, et abandonner cette tendance à le reléguer à un niveau de langue officielle, dont la conséquence immédiate se traduit par l'abandon de l'utilisation du français dans les réunions importantes de réflexion et de décision stratégiques, politiques ou scientifiques. Evidemment la responsabilité ne repose pas uniquement sur le représentant de la France, elle est collective et appartient à tous les membres de la "francophonie"; mais il est urgent de tirer les conséquences de l'inefficacité des "missions francophones" à ce sujet.